ESPRIT CELESTE DES ONDES VIVES (9)

Info astrologique :

image.png image.png
   Le point vernal véritable (le printemps) se situe dans la constellation des poissons (le début de la contellation) en 2019 et non au premier degré du bélier (ou signe du bélier à ne pas confondre avec la constellation) repère pris en astrologie conventionnelle.

                       image.png

Les représentations planétaires conventionnelles servent à commprendre:

-Comment nous somme   construits (es) :

Quelle progression doit se passer du Signe Solaire vers le Signe Ascendant

Quels sont vos objectifs de vie et quelle est  l' image que vous transmettez sur vous même  avec votre Signe Solaire puis par votre Signe Ascendant

Quels sont vos ressentis  et votre  affectivité  en rapport avec la Lune 

-Comment nous fonctionnons:
De quelle manière communiquez-vous  avec Mercure
De quelle façon aimez-vous ou désirez vous être aimé avec Vénus
Quelles sont vos capacités d'action et votre rapport au réel avec Mars
Votre point faible ou talon d 'achille
                                                  
Est il  important que la kundalini (simple phénomène d'éveil *), tout comme l'énergie disponible et l'énergie vitale (force martienne), circule pour que nous puissions nous sentir être en Vie mais aussi rencontrer nos soubassements pulsionnels ?
* Disons  que nous avons alors accès à une nouvelle dimension de la conscience appelée état d’éveil, et la pensée devient alors synthétique et non plus seulement analytique c’est-à-dire qu’une connexion se fait entre cerveau gauche (faculté d’analyse) et cerveau droit (faculté de synthèse).
Oui car c’est votre énergie de vie et il convient de mettre en route la "turbine" ou le moteur  intérieur pour en activer le circulation continue ou pour certains "sa montée" (sachant qu'il faut que ça descende aussi comme la carte N° X du tarot). Elle fait partie de la réalité ultime (aspect oriental) qui est bien plus vaste que la réalité matérielle (vision occidentale).
C'est comme une musique de "l'être dit intérieur" (qui n'est pas à l'intérieur d'ailleurs car il est à l'extérieur de l'espace temps /matière) qui délivre des informations de notre état si nous avons une volonté de dialoguer avec "lui" dans un état particulier des ondes cérébrales. Il convient de visiter l'intérieur de la terre (soi même) et de se rectifier (droit et juste par rapport à ce que l'on est dans la structure inconsciente, voir cosmo-psychologie-accepter : d'être comme on est/né) pour que la lumière passe (être immobile et non être dans l'immobilisme) en ayant pris soin de vider le contenu au préalable. Il convient de pouvoir  passer à travers le Dragon pour être bien avec les 4 éléments (Terre, Eau, Feu, Air ou Nord/Prudence/Terre, Est/Tempérance/Eau, Sud/Force/Feu et Ouest/Justice/Air)  et pour être sur la voie . 

C'est alors que s’établi un dialogue dit intérieur (clef de voûte) qui nous permet de prendre des décisions parfaitement justes car les réponses que nous recevrons seront toujours exactes et précises en fonction de notre structure dite interne.

Ainsi nous pouvons disposer d’un moyen assez sûr pour obtenir les renseignements dont nous avons besoin pour réussir dans nos entreprises (et non nos désirs) sous conditions quelles nous correspondent  (voir cosmo-psychologie) en toute autonomie, sans dépendre de conseillés extérieurs qui ne peuvent parler et instruire que selon leur expérience et selon ce qu'ils sont eux même consciemment et inconsciemment.  

Sa circulation ne va pas vous conduire vers un paradis, ni vous amener vers un état psychotique passager si on y laisse le temps à la véritable sagesse de se dérouler (la sagesse des hommes étant la sagesse de ce qui les arrange selon leur propre point de vue). Cette circulation, c’est le début de notre évolution à tendre vers notre Être qui tente de se manifester par tous les moyens, vers la neutralité en passant de l'horizontalité à la verticalité. En sortant du tombeau de notre existence ou de la chrysalide afin de connaître l'envol du papillon. Nous sommes " comme mort" parce que nous ne sommes pas présent à notre existence corporelle et psychique (surtout psychique qui demeure inconsciente jusqu'à de grandes crises). Pour vivre il convient de commencer par se nettoyer (intérieurement) afin d'éliminer notre pollution et faire consciemment le choix d’être vivant, ce qui ne signifie pas prendre son pied à chaque instant dans un aspect de contentement et de volupté ou de doctrine hédoniste.

C'est ce que propose l'alchimie et les processus psychothérapiques analytiques bien conduits par l'analysant et l'analyste. L'analysant s'allonge et se dépouille de sa position habituelle, de sa situation sociale et professionnelle, il devient effectivement analysant, c'est à dire un être engagé sur un chemin très exigeant mais au combien libérateur.  Psychothérapie analytique ou psychanalyse d'une école ou d'une autre ou autre méthode bien rodée et efficace quant à la régression que cela suppose lorsqu'elle est possible et conseillée, et ce n'est pas toujours le cas bien entendu.  

A ce stade là nous nous éloignons des approches recouvrantes comme le cognitif, l'optimisme,  la pensée positive,  la Pnl, la sophrologie dans ces aspects de représentations positives (il existe une sophrologie analytique).... et surtout du médicament à absorber pour être "plus calme" ou serein. Le propre de la situation analytique a lieu dans un échange, qui est dit psychanalytique, qui consiste accomplir le retour sur soi au moyen du détour par l’autre. En alchimie le retour se fait par la dite expérience au laboratoire (cuisson), c'est moins efficace tout de même et surtout beaucoup plus long mais il y a retour puisque cela dépend de l'état de l'opérateur.

Nous pouvons toujours détendre notre corps (ce qui est une très bonne chose évidemment), calmer nos pensées , renforcer notre concentration, éveiller notre attention, cultiver le positif (c'est à la mode), ouvrir nos perspectives, prendre du recul dans notre vie et  maîtriser les émotions, ce n'est pas suffisant si nous nous référons à une procédure alchimique. Disons que c'est du "contemporain" vu nos modes de vie actuels qui sont un peu agités (en vouloir toujours plus) et qui baignent dans l'angoisse du manque ou de la souffrance mentale. Ce n'est pas cela qui fera que l'on se connaît et que l'on a "visité l'intérieur de la terre". Par contre nous vivrons un soulagement.... le temps de "respirer et souffler" un certain temps de notre existence.
Disons que l'état de relaxation physique et mentale (voire la méditation par la suite) apporte des avantages physiologiques qui vont vous sécuriser sachant qu'il n' a aucune contre indication à essayer (bien que certaines pathologies psychiques ou physiques empêcheront peut être l'état de relaxation)  :

-période repos du cœur, normalisation de la tension artérielle

-apparition automatique d'une respiration abdominale, normalisation de ryhtme respiratoire

-abaissement du taux métabolique (le TMB représente l’énergie nécessaire pour maintenir en vie nos organes vitaux tels que le foie, le cerveau, le cœur, les poumons, les reins, notre masse musculaire et notre peau), tout le corps entre en phase de repos réparateur

-meilleure irrigation des tissus du à une légère vasodilatation dilatation  périphérique 

-déconnexion nerveuse

-prédominance ALPHA (ondes cérébrales)

-effet calmant par stimulation du système parasympathique

-meilleure élimination des déchets

-diminution du taux d'acide lactique dans le sang.

L'efficacité  d'une thérapie analytique ou de la psychanalyse est la même que celle de l'alchimie si on modernise le langage de cette dernière, c'est à dire qu'un bon nombre de psychothérapies visent à renouer le lien affectif en recherchant le renforcement des liens existants même s'ils sont très névrotiques, alors que l'enjeu véritable (comme le travail profond, qui va durer des mois si ce n'est des années, engager dans la cure analytique) est bien la séparation psychique qui permet d'établir des relations subjectives sans oublier le plus important...  Cet IMPORTANT consiste à comprendre que tout acte de langage consiste à parler de soi à un autre en donnant l'impression de parler de tout autre chose que de soi, par exemple du monde qui nous entoure, de ce que nous prenons pour des choix, ce que l'on entend, ce que l'on voit, ce que l'on croit comprendre, du métro/boulot/dodo..., ce qui nous choque ou satisfait, ......."mon oeil !". Nous parlons toujours de "nous" puisque nous parlons au travers de notre prisme. 

Toutefois la psychanalyse reste assez proche de la  discipline psychiatrique dans son rapport à la pathologie mentale. Mais, dans le même temps, elle en diffère totalement, du fait du fonctionnement du savoir psychiatrique et de la position que le praticien assume à l'égard du patient. Il en est de même par rapport à la psychologie dans ses multiples disciplines. La psychanalyse est assez proche de la croyance(un peu comme l'alchimie mais d'une façon très différente), car elle met en jeu, lors du  déroulement de la cure analytique, le rapport d'assujettissement et soumission au supposé pouvoir  d'un autre (l'analyste) sur un patient (l'analysant), au savoir, inconnu de celui-ci, que l'autre posséderait sur lui.

Dans son résultat, elle  est une forme de travail sur le langage, à savoir l'aptitude pour un sujet (*) à reformuler dans sa parole le discours de ses origines (en tout cas celles connues, mais ce qui nous diffère de cette discipline c'est que nous savons que ne naissons pas "vierge" car note propre  but, ou finalité, est déjà là à notre naissance et qui ne tient pas compte de celles des parents ou du collectif économico-polito-social), consistant à échapper aux bons vœux (ou mauvais)  présentés par les parents à la naissance et à tracer son sillon de l'existence. C'est ainsi que la psychanalyse comme l'alchimie échappe à tout modèle scientifique rigoureux (modèle mathématique), ou exact (modèles physique et biologique). Toutefois on a tenter avec l'alchimie à y faire coller un modèle exact (sorte de chimie des métaux), dont l'exactitude fonctionne selon "l'état" de l'opérateur, c'est parfois oui et parfois non. Quand c'est oui on ne sait pas très bien comment.

C'est dans la régression (l'oeuvre au noir ou l'expérience de la nuit intérieure, du lâcher prise véritable, de la non domination de la pensée, ce qui fait qu’ensuite l'éveil de la kundalini va allumer le premier feu… et comme le précise l'alchimie il y en aura 3, si le travail est conduit jusqu'à son terme sur plus de 20/25 ans de travaux au minimum) que nous remontons à la constitution de nos énergies originelles ou ce que nous sommes réellement et ce que nous devons exprimer corporellement et psychiquement même si cela ne correspond pas aux mœurs collectives et familiales, ce qui est parfois dérangeant surtout pour autrui. Aucune réelle évolution individuelle ne peut se faire en groupe quelque soi l'objet du groupe. L'illusion groupale (**) est à l'évolution d'un groupe ce que le stade du miroir (état) est à l'évolution de l'enfant que nous avons été,  une étape importante et nécessaire mais aliénante. 

L’homme d'aujourd'hui (par rapport à un passé ignorant l'existence de l'inconscient tel que l'on en connait les apparences à notre époque) est en capacité de mesurer sa vulnérabilité aux forces brutes et naturelles qui l’animent et qui peuvent très bien être décrite en cosmo-psychologie. Et ce d’autant plus que le moi se découvre être lui-même inconscient dans sa grande partie, et que ses défenses (du moi) peuvent devenir la proie d'une dimension pulsionnelle encore plus inconsciente. De toute façon le moi est  déjà au minimum" double" par son aspect Solaire et son aspect Ascendant. Les énergies ne s'intégrant pas de la même manière (capacité) entre un moi solaire et un moi ascendant sauf s'ils sont "couronnés" tous deux du même signe.   

(*) Il n'est pas de sujet sans dépendance reconnue à l'égard d'une puissance dont il relève, de par son caractère, sa situation au sein d'une classe sociale, d'une constellation familiale donnée, de par les  coutumes et lois du pays, et plus  généralement  des conditions culturelles et politiques d'une époque.

(**) C'est donc un simple état (et non un processus d'évolution) dont la phase suivante devrait être la désillusion de ce groupe. Elle ne devra pas se prolonger trop longtemps au risque de provoquer une résistance à cette désillusion, car c'est ainsi que les groupes auxquels nous appartenons (sport, travail, politique, économie financière ou sociale, études, club philosophique, religion, phénomènes de bandes....) nous bercent un peu (le sein idéalisé). L'illusion groupale repose forcément sur un organisateur psychique inconscient du groupe qui est ce que l'on appelle une imago maternelle (et non paternelle dans ce cas) ; c'est l'imago d'une mère toute-puissante et bonne pour ses enfants qui s'imaginent participer de son omnipotence narcissique, par fusion en elle. L'illusion groupale provient de la substitution, au Moi idéal de chacun (que nous allons aborder dans EXISTER ET ETRE/COSMO PSYCHOLOGIE), d'un Moi idéal unique (qui est le problème), partagé et aconflictuel, à la différence de groupes s'organisant autour d'un Idéal du Moi commun.  

Pas grand chose à craindre, mais tout à gagner… avec sa kundalini qui circule, c’est le début de la plus merveilleuse des aventures. Cette aventure à incarner la Vie, à être son propre orgasme, à jouir au sens plein du terme et à générer de la Vie. Au lieu de dire bonjour par politesse éducative et morale collective vous pourrez enfin dire "bonjouir" à la vie et "bonjouir" de vivre (à tous) au sens de bonheur de vivre.  

Et ce processus ne peut pas être forcé, si nous ne sommes pas prêts, il faut se mettre au boulot (le seul travail écologique sur le plan humain qui a aussi un impact sur le plan planétaire). 

Mais si nous choisissons d'être son propre coach dans cet accompagnement conscient et de se délester de schémas (moraux, politiques, économiques, religieux, réglementaires...) collectifs du monde de fou dans lequel nous vivons et qui nous habite (donc nous possède), il convient de comprendre dès le début qui nous sommes et "qui" nous pouvons manifester dans ce monde, c'est en cela que la cosmo-psychologie trouve toute son utilité pour ne plus s'illusionner sur notre sort (aspect social, relationnel, professionnel...etc) et notre manière d'être.

Pour que cette circulation puisse se faire en toute sécurité il va falloir bosser pour que la kundalini s'envole, elle a besoin de toute notre attention, de notre état de présence,doc de notre intention comme pour un accouchement…. entre un mélange de douleur et de douceur mais aussi de merveilleux. 

Ceci afin d'éviter que la foudre de la rencontre avec le SOI, comme le pointe la carte N°  XVI du tarot, ne nous détruise psychiquement et puis parfois physiquement. En fait c'est ce que nous enseigne les processus alchimiques lorsqu'ils ne donnent pas lieu à un discours indéchiffrable et mystérieux. Au plus on fait des mystères et des secrets de polichinelles, au plus c'est la preuve qu'au moins on y comprend quelque chose ; le maintien du mystère étant la science des ignorants car tout s'explique, si ce n'est aujourd'hui ce sera certainement demain.

Cette circulation de la kundalini est une étape indispensable dans le processus de la lumière de l'Amour (le SOI Jungien ou Dieu pour d'autres), mais ça n’est pas une finalité car il y a toujours  une perpétuelle évolution jusqu'à la fin de notre Zodiaque interne si celui n'est pas interrompu par nos agissement intempestifs et inconscients.

Travailleurs ,travailleuses de la lumière vous êtes là pour rayonner, ne restez pas les bras croisés, établissez un plan d'action, comme un plan d'attaque. Il est important de faire en sorte qu’un jour votre kundalini circule, que votre extériorité ressemble à votre intériorité. Où en êtes vous avec  la manifestation de votre vie ? Cet état, n'est pas un état de planage (genre extasies), bien au contraire c'est un état de prise de conscience de nos fonctionnements inconscients.

Pour consulter l'article , cliquez sur le lien: EXISTER ET ETRE (horizontalité et verticalité / cosmo-psychologie)

A la fois par notre horizontalité mais aussi par notre verticalité. Est il simplement question de mourir au paraître pour pouvoir naître à l’être, puisque certains l'affirment ?  

 
×